Oiseau Pétrel des Galapagos Storm

Source de l'image

le Pétrels de la tempête sont des oiseaux marins de la famille des Hydrobatidés, appartenant à l'ordre des Procellariiformes.



Les Storm Petrels ont longtemps été appelés «Mother Carey’s Chickens» par les marins.

Ces plus petits oiseaux de mer se nourrissent de crustacés planctoniques et de petits poissons prélevés en surface, généralement en vol stationnaire. Le vol est flottant et parfois semblable à une chauve-souris.



Les pétrels des tempêtes ont une distribution cosmopolite et se trouvent dans tous les océans. Ils sont strictement pélagiques et ne viennent à terre que lorsqu'ils se reproduisent. Dans le cas de la plupart des espèces, on en sait peu sur leur comportement et leur répartition en mer, où elles peuvent être difficiles à trouver et plus difficiles à identifier. Les Storm Petrels sont des nidificateurs coloniaux, affichant une forte philopatrie (la tendance d'un animal migrateur à retourner à un endroit spécifique pour se reproduire ou se nourrir) vers leurs colonies natales et leurs sites de nidification.

Les pétrels orageux nichent dans des crevasses ou des terriers et toutes les espèces sauf une fréquentent les colonies de reproduction la nuit. Les couples forment des liens monogames à long terme (n'ayant qu'un seul compagnon dans une relation) et partagent les tâches d'incubation et d'alimentation des poussins. Comme de nombreuses espèces d'oiseaux de mer, la nidification est très longue, l'incubation pouvant prendre jusqu'à 50 jours et s'envolant 70 jours après.

Aux Galapagos, il existe trois espèces résidentes:

Pétrel des tempêtes à évent blanc (Océanites gracilis)
Pétrel des tempêtes à croupion en bande (Oceanodroma castro)
Pétrel des tempêtes à croupion en coin (Oceanodroma tethys)

Sur les trois espèces, les «Océanites» sont la forme méridionale tandis que les «Oceanodroma» sont la forme septentrionale. Le pétrel tempête à vent blanc et le pétrel tempête à croupion cunéiforme sont des sous-espèces endémiques des Galapagos. D'autres espèces de pétrels orageux ont parfois été signalées comme vagabondes.

L'Oceanodroma possède un site de reproduction bien connu aux Galapagos. Voici les marches du prince Philip sur l’île de Genovesa. Sur ce site, les oiseaux nichent dans des tubes de lave et volent comme des essaims d'insectes,

Plusieurs espèces de pétrel des tempêtes sont menacées par les activités humaines. On pense qu'une espèce, le pétrel de la tempête de Guadalupe, a disparu, une autre espèce présumée éteinte a été redécouverte en 2003. Les principales menaces sont les espèces introduites dans leur colonie de reproduction. De nombreux pétrels tempêtes nichent habituellement sur des îles isolées sans mammifères et sont incapables de faire face aux prédateurs comme les rats et les chats sauvages.